Avoir de la volonté

Quel niveau de volonté avons-nous ? c’est une bonne question. Il est très difficile de le dire car c’est aujourd’hui impossible à mesurer. Et même à estimer scientifiquement.

En revanche, on peut regarder au fond de soi et faire un constat : j’arrive à faire ce que j’ai décidé ou non ? Je ne parle pas des choses faciles et plaisantes, celles qui ne demandent pas de volonté mais des autres : de ces résolutions de début d’année, de ce sport que l’on veut démarrer mais que l’on arrête très vite alors même que la motivation de départ était très  grande. Ou de cet instrument de musique que l’on commence à apprendre et que l’on arrête au bout de quelques mois. Ou de ces écrans (télévision, ordinateur, téléphone portable) dont on est devenu de plus en plus dépendant, alors même que cela ne nous apporte que peu de choses.

Ce niveau est évidemment différent pour chacun d’entre nous et c’est bien la difficulté. Il n’y a pas de règle mais la bonne nouvelle est que même si nous n’avons pas le même niveau au départ de notre vie, on peut développer notre volonté.

Avoir de la volonté n’est donc pas une qualité dont le niveau est fixe pour toute la vie mais il est possible de le faire varier, à la hausse comme à la baisse.

Cela dépend de plusieurs critères mais les plus courants sont les suivants :

  1. l’intérêt porté à la tâche à réaliser
  2. anticiper la difficulté à changer ses habitudes
  3. l’environnement dans lequel vous êtes

L’intérêt de ce que nous faisons est clairement un moteur de notre volonté : manger un gâteau est plus facile que de le faire (et plus c’est désagréable, plus il est difficile de mobiliser sa volonté pour terminer cette tâche), ne pas aller au club de gym est plus facile que de faire 2 séances par semaine, etc…

Une fois que l’on a compris que pour avoir des résultats, il est nécessaire de faire au préalable des efforts, cela facilite la compréhension du problème. Et pour avoir de la volonté, il faut mettre en avant les résultats que l’on va obtenir plutôt que de se focaliser sur les efforts à faire.

Changer ses habitudes n’est pas facile, surtout si celles-ci sont agréables : consommer moins de chocolat alors que l’on adore cela, c’est vraiment difficile ! Le corps et le mental ne souhaitent pas changer le confort actuel de vos habitudes.

Il faut donc avoir une vision claire de ce que l’on veut changer, de définir un délai et de  tenir bon.

Votre environnement et les personnes qui vous entourent vont aussi avoir un impact sur votre capacité à développer votre volonté: selon que l’on vous dira que vous en êtes capable ou pas, cela influera forcement sur votre moral. Il faut alors être suffisamment fort pour mobiliser sa volonté et effectuer ses défis. Dans ce cas, prenez du recul avec cet entourage qui doute de vous, réalisez vos défis, et revenez ensuite vers eux si vous en avez envie.

N’oubliez pas que le seul qui peut modifier ce niveau de volonté, c’est vous-même.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :developpersavolonte com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Posted by: Eric PEPIN on Category: Non classé