Le fonctionnement de la volonté : 2 ème partie

 

La volonté est là pour prendre des décisions. Des plus simples jusqu’aux plus délicates. Donc prenez des décisions et appliquez les. Et surtout, allez jusqu’au but final que vous vous êtes fixé. Renoncer à cette pâtisserie si appétissante, rendre ce rapport avant lundi, arrêter de fumer ou organiser un tour du monde :  L’éventail est très large. Mais cela, on peut le faire facilement (prendre une décision).

En revanche, il faut veiller à rester constant dans ses décisions et ne pas remettre en question ses choix à la première difficulté : prenez le temps de la réflexion et lorsque la décision est prise, tenez là. Sauf évidement s’il apparaît, après un certain temps que c’était la mauvaise. Il faut savoir revenir en arrière si manifestement, cela est nécessaire. MAIS cela restera exceptionnel.

Pour faciliter les prises de décisions rapides, il faut mettre en place un moyen infaillible et pourtant si simple : s’imposer des habitudes. En effet, il n’est plus nécessaire de prendre une décision car une habitude est un réflexe. On ne pioche donc pas dans notre réserve de volonté. Toutes les décisions-réflexes (se brosser les dents, mettre sa ceinture de sécurité….) sont autant de petites habitudes qui ne consomment pas de volonté.

Le matin, il y a fort à parier que vous suiviez les mêmes habitudes  : vous vous levez, aller prendre votre douche, puis aller déjeuner avant d’aller travailler. Ce n’est peut être pas dans cet ordre, mais le votre reste le même tous les jours. Je suis prêt à parier qu’en ce qui concerne les hommes, vous vous rasez en commençant toujours du même coté. Il y beaucoup de décisions-réflexes que nous prenons et qui ne consomme pas de volonté. Il faut donc créer des habitudes pour préserver cette réserve de volonté si précieuse.

Cela, est d’autant plus vrai que la volonté s’amenuise tout au long de la journée. Le matin, vous êtes frais et disponible pour affronter toutes les difficultés. Ce n’est plus le cas le soir. C’est normal car c’est le fonctionnement de toutes les personnes. Aussi faut-il démarrer sa journée par les travaux qui sont les plus difficiles, ceux qui ne vous procurent aucun plaisir. Ils sont faciles à détecter car ce sont ceux que vous repoussez systématiquement au lendemain.

Et bien sur terminer par ceux qui sont plus faciles ou qui vous procure du plaisir. Car ce ne sont pas des contraintes et notre cerveau adore ce qui n’est pas contraint. Et qui en général procure du plaisir.

Vous connaissez certainement l’expression « connais-toi toi même ». Mettons là en application :

Exercice 1 : prenez une feuille et partagez-là en deux. D’un coté, mettez ce que vous considérez comme vos bonnes habitudes. De l’autre coté du trait, notez les mauvaises habitudes. (facile)

Exercice 2 : supprimez vos mauvaises habitudes en les remplaçant par de nouvelles bonnes habitudes. (difficile)

Exercice 3 : prenez 5 mn chaque jour pour définir vos activités du lendemain. Et notez sur un papier les travaux que vous ferez en premier (les plus délicats et désagréables) et ceux que vous ferez ensuite (les plus simples et agréables). Dans cet ordre. Et si vous respectez ce que vous avez écrit, vous allez réduire fortement votre tendance à procrastiner (remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même).

Et ferez du coup avancer tous les sujets sur lesquels vous butez depuis un moment.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Posted by: Eric PEPIN on Category: Non classé